• Daphné

     

     

     

    ★ ★ ★

     

    ou le laurier d'Apollon...

     

    ★ ★ ★

     

     

     

    Cette nouvelle a été réalisée dans le cadre d'un concours, Le Choc des Titans, sur le RabiereAndCo forum.

  •  


    Hélios1 s'élançait à peine dans le ciel, l'illuminant de ses rayons encore rougis par le sommeil. A sa rencontre, les nuages prenaient une teinte rosée. Et déjà, Daphné courait. Accompagnée de son arc, elle parcourait la campagne de l'aube au crépuscule. Elle était l'une de ces jeunes vierges, filles spirituelles de Diane la chasseresse, avides de liberté. Son indépendance était son bien le plus précieux et elle s'était jurée de ne l'aliéner pour rien au monde.

     

     

    Sa peau satinée, ses longs cheveux en désordre, son corps élancé, lui conféraient une étrange beauté sauvage. Beauté qu'elle haïssait et qui charmait bien des jeunes hommes. Dans l'unique but de la séduire, ses nombreux prétendants insistaient pour l'accompagner dans ses escapades. Cependant à la course comme à la chasse, elle excellait et ils finissaient tous par abandonner.

    Son père, le dieu-fleuve Pénée, se désolait de n'avoir jamais de descendant. Néanmoins, il la laissait libre d'aller et venir à sa guise. Daphné étant son unique fille, il accédait à tous ses caprices, ne désirant que son bonheur. Belle et insaisissable, elle continuait inlassablement d'explorer les forêts d'Ampelonas2.

     

     

    Jusqu'au jour où elle croisa le chemin d'Apollon, un de ces jeunes dieux fougueux qui imaginaient que tout leur était dû. Derrière son visage angélique encadré de cheveux d'or, se dissimulait un caractère impétueux. Mortel ou immortel, il n'en restait pas moins un homme. Il fut fasciné par sa beauté rebelle et désira ardemment la conquérir.

    Mais à peine l'avait-il aperçue qu'elle disparaissait entre deux bosquets. Un instant stupéfait de sa réaction, c'était la première fois qu'une jeune fille lui échappait, il se ressaisit aussitôt et s'élança à sa poursuite :

    « Ne crains rien, l'appela-t-il de sa voix suave. Arrête, reconnais-moi. Je ne suis ni un rustre ni un berger, je suis le Seigneur de Delphes et je t'aime ! »3


     


    Daphné n'en fut que plus effrayée : la lutte contre un amant divin n'était pas une lutte, c'était le désespoir.3 Elle courut comme elle n'avait jamais couru, à perdre haleine. A quelques pas d'elle, Apollon, malgré ses divines capacités, peinait à la rejoindre. Plus leur course effrénée durait, plus il sentait son corps s'enflammer de désir pour cette fascinante jeune fille. Plus il se rapprochait, plus elle sentait sa raison de vivre la quitter. Déjà elle percevait le souffle du dieu sur sa nuque et les larmes couler le long de ses joues.

    Apollon était déjà certain de sa victoire lorsque la végétation se clairsema. A bout de souffle, Daphné accéléra sa course portée par un ultime espoir : le fleuve de son père s'écoulait paisiblement en contrebas. Elle l'implora de l'aider. Alors, son corps se raidit, ses larmes prirent la couleur dorée de la sève, sa peau devint rugueuse, ses pieds s'enfoncèrent dans la terre. Phoebus4 tomba à genou le souffle court. Il avait beau enlacé désespérément Daphné, il sentait l'écorce se former inexorablement sous ses doigts. A ses pieds, gisait la fine tunique de lin de la jeune fille. Il inspira profondément, s'imprégnant du parfum fruité de son amour perdu.

     

      

    « Ô la plus belle des jeunes filles, tu es perdue pour moi, gémit-il. Mais du moins, tu seras mon arbre. Le front de mes vainqueurs sera ceint de tes feuilles. Tu prendras part à tous mes triomphes. »

    Il cueillit délicatement une branche du majestueux laurier et s'en couronna. La tête du bel arbre aux feuilles luisantes parut acquiescer joyeusement3. A jamais libre d'ondoyer au gré du vent.

    FIN

     

    __________

    1 Hélios : dieu-soleil, personnification du soleil et de la lumière dans la mythologie grecque (à ne pas confondre avec Apollon, dieu du soleil).

    2 Ampelonas : ville grecque à proximité du Mont Olympe.

    3 Par respect pour le texte d'Ovide, j'ai conservé quelques passages marquants, dont les dialogues, de la traduction d'origine.

    4 Phoebus : autre nom d'Apollon.

     

    Crédits : textures et brushes de deviantART ; fond image 2 par phatpuppy ; fond image 4 par kafik ;


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique