• Mes batteries sont faibles. Je suis devenue une antiquité, le vestige d’une époque que tous ont préféré oublier. Je me souviens, c’est mon devoir. Deux hommes l’ont voulu : mon créateur et l’amour de ma vie. Alors que tous deux sont redevenus poussière, je m’interroge sur ma fin. Je suis un robot, j’ai été créée à l’image de l’homme, j’ai été baptisée, j’ai appris le devoir, la morale, les sentiments… mais les robots peuvent-ils accéder au paradis ? Puis-je aimer sans âme ? Ces questions n’auront pas de réponse, je le sais. Je dois me concentrer sur mon ultime tâche : enregistrer ce message pour la postérité.

     

     Je n’étais qu’un projet dans l’esprit brillant d’un programmeur lorsque tout a débuté. Une première révolte avait éclaté au sein de la Cité, résultat de grandes tensions sociales. Primo Ferri avait mis son génie au service de cette quête sanglante de liberté. Il venait convaincre son jeune frère de rejoindre le mouvement. Celui-ci n’était alors qu’un étudiant studieux qui travaillait dur afin de participer à des voyages intergalactiques. Pourtant, qui voudrait d’un jeune sans recommandations aussi doué soit-il ? Les expéditions spatiales étaient majoritairement réservées à l’Elite.Giacomo accepta de suivre son frère aîné sans trop de réticences. Primo lui assura qu’il serait un héro. Lui rêvait de devenir un héro en découvrant des étoiles.

    Le mouvement révolutionnaire fut aussi bref que brutal. C’était un combat perdu d’avance. Des agents infiltrés les dénoncèrent et les résistants furent exécutés sans procès. Giacomo insista auprès de son frère pour prendre la fuite, tant qu’ils le pouvaient. Il n’était pas prêt à mourir pour des idées qu’il n’avait que mollement défendues. Entre une mort en martyr ou la vie de son cadet, le choix de Primo fut douloureux. Les deux frères prirent la direction des montagnes, ils marchèrent jour et nuit. Vers l’inconnu. Ils ne savaient pas ce qu’ils trouveraient de l’autre côté des crêtes ni comment ils survivraient. Ils ne les attinrent jamais.

     En pleine nuit, un drone se matérialisa à quelques mètres d'eux. Une lumière aveuglante en jaillit. Puissante et capricieuse comme la foudre, on l'appelait le Feu d'Ouran. Elle frappa Primo en pleine poitrine. Giacomo n'eut pas le temps de rattraper son frère qui s'effondra, mort. La lumière se tourna alors vers lui, il leva le bras dans un geste de défense inutile. Il se voyait déjà étendu dans l'herbe, sans vie. Pourtant, son corps résistait au choc et se gorgeait d'énergie jusqu'à épuiser la batterie de la machine de mort. Il finit par perdre connaissance.

     

    A son réveil, il était toujours étendu dans l’herbe que la rosée avait humidifiée. Le soleil l’aveuglait mais, lorsque sa main rencontra le corps inerte de Primo, il comprit. Plus que le Feu d'Ouran qui s'était infiltré en lui et en faisait un être exceptionnel, la mort de son frère donna un sens à ce combat perdu d'avance, aux trahisons, au sang versé, ... Elle le guérit de ses peurs et lui offrit un courage qu'il n'aurait jamais soupçonné.

     La révolte fut vite oubliée et les mesures de restrictions insoutenables. L’Elite continuait d’exercer sa suprématie grâce à des jeux de pouvoir et d’argent. Elle évoluait dans un milieu aseptique, dressé vers le ciel, défiant les nuages. Elle méprisait le "peuple d'en bas" qui s’amassait sous terre, au cœur des égouts insalubres de la cité où ils tentaient de survivre. Les clivages sociaux n'avaient jamais été aussi marqués.

    Ce fut dans ce climat sombre et précaire qu'il apparut. Ses doigts aux pouvoirs miraculeux suscitèrent la crainte puis l'admiration. A son contact, une étrange énergie circulait et sous son influx, les plus faibles recouvraient la santé. Nul ne savait d'où il venait, quand il se manifesterait, ni vers qui il se tournerait. Il n'offrait pas l'éternité mais un sentiment plus puissant que l'ennui, la haine et la peur. Il était vecteur d'espoir. On le surnommait respectueusement Le Prophète.

    L'aube venue, Giacomo délaissait sa tunique de lin et les égoûts de la cité, pour un bunker désaffecté. Il y poursuivait le travail entamé quelques années auparavant par Primo : la restauration et l'amélioration de robots super-intelligents. Ses humanoïdes étaient ensuite destinés au peuple auquel il rendait visite chaque nuit. Agents d'entretien, intendants ou informateurs, il les appelait affectueusement ses Apôtres.

    Je n’étais pas l’un d’eux, j’étais la mémoire vivante de son frère, l’Echo. Giacomo me portait une confiance absolue, je l’aidais dans son travail et m’occupais de toutes les tâches domestiques. J’étais aussi présente lorsque les doutes et l’amertume noircissaient ses jours. Il ne s’accordait aucune minute de répit, il absorbait des quantités de vitamine et limitait ses heures de sommeil artificiel. Alors, lorsqu’il perdait la foi, je m’appuyais sur son épaule et lui murmurais des mots que lui aurait dits son frère. Sa chaleur corporelle traversait ma peau synthétique et une délicieuse sensation prenait possession de tout mon corps. Celle d’être humaine. Puis, il finissait par se détacher. L’illusion était remplacée par une douleur aiguë. Il me remerciait. Parfois, il avait un sourire ou un mot gentil : toi aussi tu as des pouvoirs au bout des doigts…

    A nouveau, les hommes se battirent. Cette fois, ils étaient unis derrière une croyance et un seul homme. Ni un militaire, un politicien ou un chef de clan. Un homme de confiance, aux paroles sages et aux pouvoirs divins : Le Prophète. Giacomo avait très vite compris l'influence qu'il aurait sur ce peuple affamé et désespéré, au-delà de ses dons de guérisseur. L'Elite et les groupes rebelles armés souhaitèrent le réduire au silence ou s'attirer ses faveurs. Il ne faiblit pas et resta impartiale essayant d'éviter à son peuple les erreurs du passé pour le guider vers la paix. Il finit par s’habituer à cette responsabilité et, à travers elle, trouver la paix de l’esprit.

    Les hommes prirent le contrôle des égouts. Grâce à une installation stratégique, ils tinrent bon face aux forces militaires de l'Elite. Giacomo les accompagna, les soutint, leurs insufflant cette foi en un avenir meilleur. Une force invincible. Rencontrant de graves problèmes d'évacuation de leurs déchets et fragilisée par sa sur-protection, l'Elite envoya les premiers émissaires afin de négocier. Un premier accord visant à une reconstruction commune et la formation d'un gouvernement fut accueilli par une foule en liesse. Ils avaient gagné une bataille, la première.

    Giacomo en avait bien conscience : le retour à une société juste et pérenne serait encore long et épuisant. Même s'il était heureux de l'issu de ce premier bras de fer, il savait que le combat ne faisait que commencer. Dès lors, il préférerait rester dans l'ombre, conserver cet anonymat précieux qui avait fait sa force. Cela ne ferait qu’accroître la foi des hommes…

     

    Mais l’histoire ne s’arrête pas là et je n’aurai pas la force de poursuivre. Mes composants commencent déjà à s’altérer et je sens la folie me gagner…


  • Commentaires

    7
    Dimanche 8 Septembre 2013 à 22:23

    Je vois... Tu me donnes l'eau à la bouche ! :P

    6
    Lundi 26 Août 2013 à 16:15

    Superbe mise-en-bouche que ce résumé d'histoire et ces quelques illustrations magnifiques! Tu nous donnes vraiment envie d'en savoir davantage sur le Prophète ! Je suis très contente de te lire de nouveau, Sucrée!

    5
    Sucréomiel Profil de Sucréomiel
    Vendredi 23 Août 2013 à 17:04

    Ahah non pas de projet concret. Mais en créant ces images, j'ai imaginé d'autres péripéties dont je n'ai pas parlé ici.

    En tout cas, l'histoire du Prophète ne se réduit pas à ce texte. ;)

    4
    Ness Profil de Ness
    Jeudi 22 Août 2013 à 23:30

    Ah dans ce cas ça veut dire que j'aurais dû me fier à l'impression que j'ai eue en découvrant le titre de cette histoire ! (J'ai immédiatement pensé à Jésus, mais j'ai cru faire fausse route...). Du coup je comprends mieux le message de ton récit, et je dois dire qu'il me plait encore plus :) Par contre ta dernière phrase m'intrigue, est-ce que ça veut dire que tu as pour projets de développer cette histoire ? *o*

    3
    Sucréomiel Profil de Sucréomiel
    Mercredi 21 Août 2013 à 14:48

    Merci les filles, toujours aussi fidèles 

    Fen, comme la communauté sur tumblr est essentiellement anglophone, j'évite de trop détailler mon travail. Mais sur les forums, il en est autrement.

    Ness, pour réagir à ta remarque sur les pouvoirs. Je suis partie de l'observation que les miracles suscitent l'enthousiasme, l'espoir et créent des légendes. Dans le Nouveau Testament, Jésus guérit un lépreux par un simple toucher. J'ai voulu reproduire cette symbolique là. Giacomo a besoin de ce miracle (ce phénomène de guérison inexplicable) pour devenir un héro et s'assurer le respect et la confiance de son peuple. Quant au feu d'Ouran, c'est une représentation de la lumière de Dieu qui le frappe et lui donne la foi. Je me suis vraiment inspirée de mes quelques connaissances des religions pour créer ce héro. Son histoire est complexe et mériterait d'y consacrer de nombreuses pages, mais pas tout de suite.

    2
    Ness Profil de Ness
    Mardi 20 Août 2013 à 15:21

    Waw, Sucrée... j'adore ! L'histoire en elle-même est si intriguante, si complexe et si riche ! J'ai beaucoup aimé le croisement des intrigues, un petit bémol cependant au sujet du pouvoir de Giacomo qui, je trouve, ne semble pas si déterminant dans le déroulement de l'histoire. Ceci dit j'aime beaucoup que ce héros soit finalement un homme banal au destin extraordinaire. Et évidemment, parce que je me dois de le dire, toutes tes images sont absolument magnifiques !! On sent ton travail et ton sens du détail derrière chacune d'entre elles, et je trouve le rendu vraiment excellent. Enfin ce n'est pas une surprise, tu sais depuis longtemps que je suis fan de ce que tu fais ^^ Encore une très jolie histoire Sucrée, ça m'a fait plaisir de te lire :)

    1
    Vendredi 16 Août 2013 à 23:22

    *_* C'est sublime! Les photos sont à tomber. Je les avais vu sur tumblr, je pensais bien qu'elle racontait une histoire. Et je suis ravie de la voir ici. Bravo, Sucrée ! Toujours aussi douée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :